Journées d'Études AFDN

52e Journées d'Études de l'AFDN à Marseille, les 5, 6, 7 juin 2014

Résumé des conférences

Agenda

Le 2 octobre 2014

Séminaire diététique et nutrition

Du 6 au 7 novembre 2014

Formation Démarche de soin diététique, évaluation des pratiques professionnelles et tracabilité de l’activité diététique

Du 26 au 30 novembre 2014

les apports pratiques de l'approche cognitive et comportementale dans la prise en charge de l'obésité

Tous les événements
Proposer un événement

Accès adhérent

Welcome header

Bienvenue !

Comment s'identifier
Pourquoi adhérer
Adhésion 2014 en ligne
bulletin d'adhésion (PDF)

Offres d'emplois

L’AFDN constitue un des principaux canaux de recrutement des diététiciens
Déposer une offre d'emploi

Déposer une demande de permutation

Diététiciens libéraux

Trouver un diététicien libéral membre de l'AFDN proche de chez vous
Rechercher

Charte de déontologie du Diététicien-Nutritionniste

Actualités

21 juillet 2014 -  Communiqué de presse : Collation et goûter à l'école : une rentrée sur de bonnes bases

21 juillet 2014 - EFSA : apports conseillés en iode

Dans le cadre de ses travaux sur les valeurs nutritionnelles de référence (VNR), l'EFSA poursuit la publication des recommandations , portant cette fois sur l'iode. L'agence propose un apport recommandé de 150 ug/j pour les hommes et pour les enfants un apport entre 70 et 130 ug/j. Pour les femmes enceintes ou allaitantes, l'apport conseillé s'élève à 200 ug/j.

21 juillet 2014 - Enquête CREDOC : les français ne boivent pas suffisamment

Le Crédoc en collaboration avec l’EHI (Institut Européen de l’Hydratation) publie une enquête sur la consommation de boissons des Français : plus des deux tiers de la population ne suivent pas les valeurs fixées par l’Efsa (environ 90% des jeunes, 77% des adultes et 67% des seniors) soit 1,75 litre d'eau de boisson pour les hommes et 1,4 litre pour les femmes

21 juillet 2014 - Etude Nutri-Bébé SFAE : apports nutritionnels chez les 0-3 ans

En novembre 2013, le premier volet de cette étude a montré qu'à partir de 12 mois, le bébé est considéré à tort comme un adulte en miniature, avec une introduction trop précoce de certains aliments inadaptés. Ce 2ème volet met en évidence les insuffisances et les excès avec de possibles répercussions sur la santé de l'enfant : apports insuffisants en lipides et en fer, excès en protéines et sel.

15 juillet 2014 - L'OCDE met à jour ses indicateurs-clé sur le surpoids et l'obésité

Ces indicateurs renseignent sur l’évolution de la corpulence dans chaque pays et permettent une comparaison entre pays développés.
La France se positionne parmi les pays les plus bas, mais il  reste que les chiffres augmentent toujours de façon régulière.

27 juin 2014 - Inégalités sociales de santé en lien avec l'alimentation et l'activité physique

Ce rapport de l'INSERM évalue les disparités nutritionnelles selon la position socioéconomique des individus. Les facteurs sociaux, culturels, économiques et environnementaux qui participent à la construction des inégalités sociales de nutrition ont été analysés. Les experts ont également étudié l’impact des interventions et des politiques de prévention et identifié les stratégies les plus à même de réduire les inégalités sociales dans le domaine de l’alimentation et de l’activité physique. Ils proposent de concevoir et promouvoir des programmes qui apportent des bénéfices à la fois à l’ensemble de la population mais aussi des actions qui s’adressent aux différents groupes sociaux en fonction des risques et besoins auxquels ils sont confrontés.

27 juin 2014 - Diabète de type 2 – parcours de soins

L'HAS publie un guide de parcours de soins pour les adultes atteints de diabète de type 2, dans lequel un chapitre est consacré aux prescriptions et conseils diététiques. Il est recommandé de :

  • contrôler l'apport lipidique en 1er lieu
  • répartir les apports en glucides et ne pas interdire le sucre
  • limiter l'apport en sel à 8g/j et en alcool à 20g/j

Il est conseillé d'évaluer les représentations et les possibilités du patient en s’accordant avec lui sur l’adoption de nouveaux comportements alimentaires et d ne pas donner des messages standard, rigides, extrêmes, de restriction alimentaire

27 juin 2014 - Dossier INRA sur l’œuf

Les français, mangent en moyenne 230 œufs par an (dont 140 en coquille). Cette information est reprise d'un dossier très complet réalisé par l'INRA sur les œufs , qui dresse un panorama des connaissances et des avancées récentes des recherches de l’Inra sur cet aliment .

27 juin 2014 - Dossier sur le bon usage des compléments alimentaires

Ce dossier a été mis en ligne sur le site sante.gouv .fr afin de contribuer à éviter l’amalgame avec le médicament, à réduire les comportements abusifs et à inciter le public à déclarer les effets indésirables éventuels des compléments alimentaires.

18 juin 2014 - Bilan de l’expérimentation des Unités Transversales de Nutrition clinique

L’expérimentation conduite de 2008 à 2011 par les 8 unités transversales de nutrition clinique (UTNC) a démontré que la mobilisation des professionnels autour d’un objectif d’amélioration de la politique nutritionnelle en établissement de santé permettait la mise en place de bonnes pratiques autour du dépistage et de la prise en charge des troubles nutritionnels et, en particulier, la dénutrition. Afin de reconnaître le travail des équipes et de pérenniser leur action, la DGOS leur a confié la responsabilité de produire une synthèse à l’usage de tous établissements de santé qui souhaitent renforcer leur politique nutritionnelle ou organiser une activité transversale de nutrition clinique, qu’elle s’appuie ou non sur une structure de type UTNC. Ce bilan, en 10 points pédagogiques décrivant les missions, les indicateurs, les moyens à mettre en œuvre et les pratiques à promouvoir, permet de clore l’action 21.2 « Evaluation de l’impact des UNTC » du programme national nutrition santé (PNNS) 2011-2015.

18 juin 2014 - Conformité des compléments alimentaires : le bilan de la DGCCRF

La DGCCRF examine ainsi environ 650 déclarations par mois, qui donnent lieu à 12 % de refus.
Les entreprises présentent des profils très diversifiés selon leurs activités (façonniers, fabricants, distributeurs, prestataires). Les anomalies constatées concernent essentiellement les procédures déclaratives et l’étiquetage (mentions obligatoires, allégations de santé interdites) mais aussi les règles de vente à distance (sites Internet). La méconnaissance de la réglementation chez les opérateurs s’explique par la diversité de leur nature et de leur importance économique, en particulier chez les micro-entrepreneurs et les revendeurs de petite taille.

18 juin 2014 - Plan d’action de l’Union européenne sur l’obésité infantile, 2014-2020

Ce plan (en anglais) prévoit une approche mufti-dimensionnelle avec plusieurs champs d'actions :

  • agir très tôt : informations aux femmes enceintes,…
  • promouvoir un environnement sain notamment au sein des écoles et des crèches : distribution de fruits, légumes, lait dans les écoles
  • faire en sorte que le choix d'un comportement sain soit facilité au sein de la famille : prix des fruits et légumes abordables,...)
  • restreindre la publicité et le marketing s’adressant aux enfants : publicités pour les aliments et boissons riches en sucres, graisses et sel
  • mieux informer les familles
  • encourager les activités physiques dès l’enfance
  • évaluer régulièrement l’alimentation et le niveau d’activité des jeunes
  • augmenter les recherches

18 juin 2014 - Teneur en protéines des préparations pour nourrissons

L'ANSES rend un avis relatif à un projet d’arrêté transposant la directive 2013/46/UE qui prévoit la possibilité d’utiliser des protéines de lait de chèvre et modifie les apports en protéines pour les préparations pour nourrissons et préparations de suite. Une étude randomisée réalisée chez 200 nourrissons n'a pas constaté de différence dans la croissance des enfants nourris avec une formule infantile exclusive à base de protéines natives de lait de chèvre (apportant 2 g protéines/100 kcal) ou de lait de vache (apportant 2,1 g protéines/100 kcal), L'ANSES considère donc que les protéines de lait de chèvre peuvent être utilisées dans ces préparations. Cette directive modifie la teneur minimale en protéines dans les préparations de suite à base d’hydrolysats de protéines, qui passe de 2,25 g/100 kcal à 1,8 g/100 kcal.