Réforme des études

Panorama de la formation de diététicien en France

Au commencement

En 1949, la première école de diététique "La Cadenelle" voit le jour à Marseille. En 1951 sous l’impulsion du Professeur Jean Trémolières et de Lucie Randoin s’ouvre la première école publique à Paris dans le cadre d’un lycée technique.
En 1953-1954 le Professeur Jean Trémolières publie un document de référence : le "Manuel Elémentaire de l’Alimentation".

Placées sous la double tutelle du ministère de l’Education Nationale et de la Santé, les études sont sanctionnées par le Brevet de technicien supérieur (BTS) en diététique  et le DUT de génie biologique, option diététique.

Un demi-siècle plus tard

La formation initiale française a peu évolué en un demi siècle. Le programme du BTS créé en 1951 a été réactualisé en 1987, celui de l’option diététique des IUT créé en 1966 a été réactualisé en 1998 et en 2005.

L'enseignement est dispensé :

  • dans les Lycées Techniques d'Enseignement Supérieur (LTES), section diététique, et les établissements privés préparant au B.T.S. en diététique

  • dans les Instituts Universitaires de Technologie (I.U.T.) avec département de génie biologique, option diététique préparant au D.U.T.

Pour connaître le programme détaillé des études, vous pouvez aussi vous  pouvez vous connecter sur un moteur de recherche en précisant "Programme du BTS en diététique"ou  "Programme du DUT génie biologique".

 
La poursuite des études est toujours possible après l’obtention de ces diplômes.

Actualités

Novembre 2011 - Actuellement, la réforme de la formation initiale des diététiciens, annoncée dans la Loi 2007-127 en date du 30 janvier 2007 est en cours. Le BTS et le DUT sont donc appelés à disparaître. Si la nouvelle formation sera bien mise en place avec un calendrier initial prévu en septembre 2012, la date de mise en oeuvre est susceptible d'être différée d'une année.
 
Cette formation, sur le modèle européen LMD, devrait se dérouler sur 6 semestres, pour l'acquisition du grade Licence équivalent à 180 ECTS. Elle sera sanctionnée par un D.E. (Diplôme d'Etat), délivré par le Ministère de la Santé et le Ministère de l'Enseignement Supérieur.
 
Les référentiels d'activités et de compétences sont terminés et doivent être soumis à l'approbation du Haut Conseil des Professions Paramédicales avant publication des décrets d'application. Le groupe de travail pluridisciplinaire entamera dès la fin 2011 l'écriture du référentiel de formation : enseignements (à reconduire et nouvelles matières), méthodes, stages (durée augmentée), mémoire de fin d'études (recherche clinique), certification (par les compétences) et VAE pour les titulaires d'un BTS ou d'un DUT qui souhaiteraient obtenir le D.E. Des passerelles seront définies pour les étudiants en cours de formation, mais les modalités pratiques ne sont pas encore établies.
 
Un partenariat avec les universités de médecine et un fort engagement des professionnels dans les équipes pédagogiques sont parmi les points clés de cette réforme. Les établissements assurant la nouvelle formation devront désormais obtenir un agrément, de même que les structures accueillant les stagiaires.
 
L'AFDN informera ses adhérents par le biais du site, au fur et à mesure que les décisions seront officielles.



Haut de page