Communiqué de presse 2 février 2009

Manger Bi..o, manger bi..en ?

De plus en plus de consommateurs soucieux d’une alimentation plus saine, choisissent les produits Bio pour leurs vertus nutritionnelles. Toutefois, même s’ils contiennent moins de pesticides, les bénéfices santé des produits issus de l’agriculture biologique ne sont pas scientifiquement démontrés.
L’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN) rappelle que « manger Bio ne signifie pas nécessairement manger équilibré ».
 
Depuis quelques années, de plus en plus de français font le choix d’une alimentation issue de l’agriculture biologique. Ces consommateurs optent pour les produits Bio dans le but de préserver leur santé et leur sécurité. « Les personnes que nous rencontrons en consultation expriment leur inquiétude de s’empoisonner avec une alimentation « polluée », et revendiquent leur envie de « manger sain » explique Florence Rossi, Diététicienne, responsable de la communication à l’Association Française des Diététiciens Nutritionnistes (AFDN).
 
Attention cependant à ne pas se leurrer sur les bénéfices santé de ce mode d’alimentation :
« Manger Bio ne signifie pas nécessairement manger équilibré et on peut se nourrir de façon équilibrée Bio ou pas Bio. Avoir le souci d’une alimentation saine, implique de s’attacher à varier les aliments, à préférer les fruits et légumes aux produits gras et sucrés, à diminuer le sel » poursuit cette spécialiste de la nutrition.

 

Les repères de l’équilibre alimentaire (Cf. PNNS)

  • Viande, œuf, poissons : 1 à 2 fois par jour
  • Lait, laitages, fromage : 3 portions par jour
  • Féculents, pomme de terre, pain, légumes secs, céréales : à chaque repas
  • Fruits et légumes : 5 portions par jour
  • Produits sucrés : à consommer avec modération
  • Matières grasses (huile, beurre, crème, …) : à limiter
  • Sel : à limiter
  • Eau : quotidiennement, en moyenne 1l à 1l500 par jour

 

Une réglementation très encadrée

L’agriculture biologique est un mode de production très encadré et réglementé par des organismes certificateurs. Elle exclut tout produit chimique de synthèse, les pesticides, les engrais chimiques, se démarquant ainsi de l’agriculture conventionnelle. En France, ce mode de production n’est pas encore très  développé et il concerne moins de 10% de l’agriculture. Tout produit « issu de l’agriculture biologique » est contrôlé par des organismes certificateurs.
 
Le label AB, qui garantit l’origine Bio, permet aux professionnels, qui le désirent, de faire reconnaître le mode de production biologique de leurs produits et guide les consommateurs par une identification visuelle aisée.  
Même si les prix ont baissé, ces produits restent chers car le rendement est plus faible et la régulation de la production en fonction des demandes du marché est moins simple, entraînant plus de pertes.

Les produits Bio se trouvent dans toutes les catégories d’aliments et même les boissons, comme le vin. Les produits animaux (viande, poisson) ou dérivés (œufs, laitages) sont garantis Bio si l’animal est nourri avec des aliments provenant d’une terre cultivée de manière biologique.

Le label Agriculture Biologique (ou label AB) est un label de qualité français, créé en 1985, et défini par le ministère français de l’agriculture qui en est aussi propriétaire. Il concerne les produits agricoles et les denrées alimentaires. Ce label est promu par l’Agence française pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique (Agence Bio). 

 

Le label Agriculture Biologique garantit :

  • Que l’aliment est composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus du mode de production biologique. 
  • Le respect de la réglementation en vigueur en France. 
  • Que la certification est placée sous le contrôle d’un organisme agréé par les pouvoirs publics français,
  • répondant à des critères d’indépendance, d’impartialité, de compétence et d’efficacité.

 

Moins de pesticides mais plus de microbes

 
Les bénéfices santé d’une alimentation Bio ne sont pas scientifiquement démontrés. Ainsi, concernant les apports en vitamines ou minéraux, les résultats sont contradictoires selon les études car les teneurs sont variables en fonction de la qualité et de la nature du sol. S’ils contiennent moins de pesticides, on note un plus grand nombre de contaminations par différents microbes ou champignons car ils ne subissent pas de traitements antifongiques et donc les produits Bio se conservent moins longtemps.
Quoiqu’il en soit,  qu’ils soient bio ou pas, les produits frais ne doivent pas se garder trop longtemps si on veut préserver la qualité des vitamines en particulier la vitamine C qui s’oxyde facilement.